jeudi 20 juillet 2017

Steel Funk (vocal version + instrumental version (12")) - John Gibbs and The U.S. Steel Orchestra (1976/1977)



Ce morceau "Steel Funk", qui sort en single en 1976, est un petit joyau disco-soul aux accents tropicaux. Il est écrit par John Gibbs, arrangé par Lou De Lise et produit par Gibbs/De Lise. La face B du disque contient la version instrumentale. L'année suivante, en 1977, "Steel Funk" se retrouve inclus à l'album de John Gibbs auquel il donne son nom. Sur cet opus, ce n'est plus 'The U.S. Steel Orchestra' qui est mentionné, mais 'The Unlimited Sound Of Steel Orchestra'. Pour clôturer l'album, on a droit à une version longue et instrumentale de "Steel Funk". 


Calypso Disco (12") - Beckett (1977)



L'artiste caribéen Beckett écrit et enregistre en 1977 l'album "Disco Calypso". Cet opus est produit par Buddy Scott et arrangé par Frankie McIntosh. Il est diffusé dans plusieurs pays par le label 'Casablanca Records'. Deux titres sont extraits en singles : "Coming High" et ce "Calypso Disco". Sur l'album, on découvre aussi le morceau "Legalize The Grass", qui est une chanson engagée en faveur de la légalisation des herbes à fumer...
Pour l'histoire, "Calypso Disco" a été utilisé pour le film à suspense "The Deep", sorti en 1977. Le thème de ce film, baptisé "Down, Deep Inside", a été écrit par John Barry et interprété par la diva disco Donna Summer. Un album contenant la bande originale du long-métrage est même paru dans le commerce, incluant "Calypso Disco". 


Past Time Paradise - Charlie's Roots (1977)



Ce superbe titre est écrit et interprété en 1976 par Stevie Wonder. L'année suivante, il est réarrangé par Pelham Goddard qui en fait une version disco-soul instrumentale.

Maladie D'amour - Elisabeth Jérôme (1976)



La chanteuse Elisabeth Jérôme reprend en 1976 "Maladie D'amour", une chanson des Antilles interprétée à l'origine par Léona Gabriel en 1931, mais popularisée en 1948 par Henri Salvador. 

Three Way Situation - Nadie La Fond (1977)



Ecrit et co-produit par Richard Mayers, ce single est sorti en 1977.

Soca Fever - Lord Shorty (1978)



Lord Shorty nous vient de Trinité et Tobago. C'est sur son album "Soca Explosion" de 1978 qu'il enregistre ce "Soca Fever".

Sweet Soca Song - Robin Imamshah and Trinidad (1977)



Robin Imamshah écrit ce titre qui sort en single en 1977, diffusé par le label 'Kalinda'.

Pan At It's Best (12") - Poser (1981)



Derrière 'Poser', on retrouve Sylvester Lockhart. Il enregistre en 1981 le lp "Town Man" sur lequel est gravé ce "Pan At It's Best". 

Disco Soca - Joe (Tempo) Ceasar (1977)



En 1977, Joe Ceasar enregistre le single "Play On Soca Music", avec en face B ce "Disco Soca". Les arrangements sont de Pelham Goddard.
Il y a sûrement eu une erreur dans l'écriture du nom Ceasar, car dès l'année suivante, l'orthographe sera rectifiée en Caesar.

http://www.mediafire.com/file/uba0x7g3jo3sk36/Disco_Soca_-_Joe_Tempo_Ceasar.mp3

Hold I Say (12") - Calypso Rose (1979)



La chanteuse Calypso Rose est originaire de Tobago. En 1979, elle enregistre et produit ce single "Hold I Say". Les arrangements sont de Pelham Goddard.  

Rasta-Man (12") - Lord Melody (1978)



Le trinidadien Alexander Fitzroy, alias Lord Melody, a enregistré plusieurs albums durant son existence, mais il a aussi travaillé pour d'autres artistes, parmi lesquels Harry Belafonte. 
En 1978, il a enregistré le lp "I Man", sur lequel est gravé ce "Rasta-Man". Tous les morceaux de l'opus ont été écrits par Alexander Fitzroy et Edward Herbert. Les arrangements sont signés Art De Coteau.

Prodigal Son - Dem Naked Feet (1977)



Le single "Prodigal Son" est un disco des Caraïbes, diffusé par le label 'Kalinda'.

mardi 27 juin 2017

It's All Been Said Before - Bloodstone (1978)



Après être passé par les maisons de disques 'Decca' et 'London Records', le groupe 'Bloodstone' sort en 1978 un album chez la célèbre 'Motown'. L'opus, baptisé "Don't Stop!", est produit par Winston Monseque et arrangé par Al Johnson. Ce n'est pas vraiment du disco qui s'offre à nous, mais le très bon titre "It's All Been Said Before", écrit par D. Lambert et B. Potter, fait exception à la règle : riche orchestration, bonne mélodie et rythmique assez incroyable. Le tempo s'accélère au fur et à mesure que les minutes passent. 

Try Love From The Inside - Tata Vega (1976)



Après avoir fait partie de plusieurs groupes, l'américaine Tata Vega enregistre en 1976 son premier album, "Full Speed Ahead", produit par Winston Monseque. Le lp est diffusé par le label 'Tamla Motown' dans quelques pays. On retrouve dans les crédits Al Johnson, qui s'est bien investi dans la réalisation de l'album puisqu'il en a été l'arrangeur et le conducteur. Mais il a aussi participé aux choeurs et a écrit un titre. Mentionnons également Ray Parker Jr. parmi les guitaristes.
Deux titres sont extraits en singles : les disco-soul "Full Speed Ahead" et "Try Love From The Inside".
"Try Love From The Inside" est écrit par J.C. Fox/Sigidi. C'est un très bon morceau, mais malheureusement, sa diffusion en single est confidentielle.

http://www.mediafire.com/file/e0lydlr6dlumefy/TTV76.mp3

You, You, You (spanish version) - Sherman Brothers (1980)



Le groupe 'Sherman Brothers' enregistre ce single en 1980. Il existe une version en anglais et une seconde en espagnol.
Ecrit par L. Olias/R. Mellin.

Mammy Blue - Phil Trim (1978)



Avant de se lancer dans une carrière en solo, Phil Trim faisait partie du groupe espagnol 'The Pop Tops'. Cette formation a connu son plus grand succès en 1971 avec le titre "Mamy Blue". 
En 1977, Phil enregistre le single disco "Give Me Your Love". Il publie l'année suivante le lp "The Game Of Love", sur lequel il grave une version disco de "Mamy Blue". C'est une bonne version, mais évidemment, elle ne possède ni la gravité ni l'émotion de la version originale. 
"Mamy Blue" paraît en single. Les arrangements et la production sont de Ramon Arcusa.

Streap-Tease In The Stars - Sirarcusa (1977)



Le single "Give Me Your Love" de Sirarcusa est aussi enregistré en cette même année 1977 par le chanteur Phil Trim. 
En face B du disque est gravé ce "Streap-Tease In The Stars" écrit par M. De La Calva et Ramon Arcusa. Les arrangements et la production sont de Arcusa.

The First Galaxy (12") - Stratosferic Band (1977)



Le musicien italien Svengile est à l'origine du lp "Splash..." du projet 'Stratosferic Band' : c'est lui en effet qui écrit la quasi-totalité des titres et les arrange. Les 5 morceaux de l'opus sont tous disco, et les synthétiseurs sont de la partie, surtout sur le titre "Splashdown" qui ressemble énormément au "Magic Fly" de 'Space', autre titre disco-électro sorti en 1977, et devenu célèbre. La question est donc de savoir qui a plagié qui ?
"Splashdown" est sorti en single, mais il n'a pas vraiment fait de vagues.   

Love Concert - Cocktail Naïf (1978)



Atmosphère planante et mystérieuse pour ce single paru en Italie en 1978. L'électronique y tient une place importante. Ecrit par Roda/Eliop/Ramoino et arrangé par Claudio Rego, qui travaille aussi pour Donatella Rettore.

Crazy Music - Jenny Nevasco (1977)



Sorti en Italie en 1977, ce single a été co-écrit et arrangé par Giacomo Simonelli.

Music In Love - Marie Laure Sachs (1978)



En face B de son single "Shiver", Marie Laure Sachs enregistre le titre "Music In Love".
Les deux morceaux sont écrits par Sisini/Romeo/Malgioglio. Le disque paraît en Italie.

http://www.mediafire.com/file/vu226q4582v8z23/Marie_Laure_Sachs_-_music_in_love_1978.mp3

lundi 12 juin 2017

Shadda-Da-Da-Da (Feel The Fire) (12" version) - Shirley Alston (1981)



Avant d'entamer une carrière en solo, Shirley Alston, connue sous le nom de Shirley Owens, faisait partie du groupe 'The Shirelles'. Elle enregistre en 1981 le très bon single disco "Shadda-Da-Da-Da (Feel The Fire)" écrit par J. Davis et arrangé par Horace Ott. Malheureusement, ce titre ne semble pas avoir rencontré un grand succès. Sa diffusion est peut-être restée confidentielle ? Quoi qu'il en soit, tout est excellent : la mélodie, la rythmique, la ligne de basse, les cordes et les cuivres...sans oublier le chant, avec des passages qui flirtent avec le funk/rap, à la mode en ce début des 80's.

Shadow Dancing - Vivian Reed (1979)



Pour 1979, la chanteuse Vivian Reed nous propose l'album "Ready And Waiting", qu'elle co-produit avec Carl MaultsBy. Vivian et MaultsBy écrivent ensemble 2 des 8 titres présents sur le lp, et MaultsBy participe aux arrangements avec Leon Pendarvis, Raymond Jones et Thomas Washington. Le disco est toujours au rendez-vous, notamment avec le titre "Shadow Dancing" qui est une reprise réussie de la chanson d'Andy Gibb parue en 1978.
"Shadow Dancing" a été écrite par les 4 frères Gibb : Barry, Robin, Maurice et Andy. Pour ceux qui l'ignorent, Barry, Robin et Maurice forment le groupe 'The Bee Gees'. 

When You Touch Me - Vivian Reed (1978)



"Another Side", produit par Jeff Lane, est le titre de l'album qu'enregistre Vivian Reed pour 1978. Les arrangements sont signés Andrew Louis Smith. Sur ce lp, on découvre plusieurs titres disco, dont "Sweet Harmony" et "When You Touch Me" qui sont écrits par Mervin et Melvin Steals.

Brown Sugar - Vivian Reed (1976)



1976, c'est l'année de la sortie du lp "Brown Sugar" de Vivian Reed. On trouve un peu de tout dans cet album : du disco, de la soul, du funk, des ballades... Vivian participe activement à l'écriture de la majorité des titres, tandis que Horace Ott s'occupe des arrangements. Enfin, le disque est produit par Hugo And Luigi. 
Le morceau "Brown Sugar" est écrit par Vivian Reed/Horace Ott.

Ooh Child - Charles Jackson (1978)



Charles Jackson, connu aussi sous le nom de Chuck Jackson, fait partie au début des 70's du groupe éphémère 'The Independents'. Mais il écrit aussi des chansons et est producteur. Il collabore beaucoup avec Marvin Yancy. D'ailleurs, à eux deux, ils lancent en 1975 la carrière de la chanteuse Natalie Cole en écrivant et produisant son premier album. Ils continueront à s'occuper de sa carrière durant plusieurs années. 
En 1978, Jackson publie un album, "Passionate Breezes", sur lequel il co-écrit plusieurs titres avec son complice Marvin Yancy. Les arrangements sont signés Mark Davis et la production revient à Yancy et Gene Barge. Plusieurs titres sont extraits en singles, et on retrouve parmi eux ce bon "Ooh Child" écrit par Reed/Barge/Jennings/Upchurch. 

Disco Concerto (12") - The Glass Family (1978)



En 1978, Jim Callon co-écrit, co-arrange et produit le LP "Mr. DJ You Know How To Make Me Dance" pour le groupe 'The Glass Family'. L'entière face B du disque est consacrée à ce "Disco Concerto", qui est en fait un medley de 16 minutes écrit par Callon. On retrouve parmi les voix Taka Boom, la soeur de Chaka Khan. "Disco Concerto" se décompose comme suit : "Vacation In The City/Holidays", "The Melody/Meeting", "Theme And Variations/Parting", "Holidays". 
L'album "Mr. DJ You Know How To Make Me Dance" est diffusé aux USA, au Brésil, au Canada ou encore en France, et le titre éponyme a droit à un pressage en single.
En 1979, le groupe sortira le LP "Crazy!" duquel sera diffusé en single le morceau du même nom. Et en face B de ce single, dans certains pays, on retrouvera "Disco Concerto", toutefois largement amputé dans sa durée.

Gotta Keep Moving (12") - Martha Reeves (1980)



Avant de sortir des albums en solo, l'américaine Martha Reeves officiait en tant que chanteuse principale du groupe 'Martha And The Vandellas'. Cette formation, qui faisait partie de la célèbre écurie 'Motown', a été active du début des 60's jusqu'en 1972. Durant toutes ces années, différentes chanteuses secondaires se sont succédé, mais Martha Reeves a toujours été le pilier du groupe. Plusieurs de leurs succès ont été écrits par le trio légendaire Holland/Dozier/Holland.
Après la séparation du groupe, Martha a donc évolué en solo en glissant lentement vers le disco. Il suffit d'écouter son titre disco-soul "Higher And Higher" de 1975 pour s'en convaincre.
Pour 1979, elle a sorti en single "Skating In The Streets", un disco up-tempo teinté de funk et de rock, arrangé par Herb Jimmerson. Il est marrant de noter que les arrangements au niveau du refrain ressemblent assez à ceux du titre "Dance" enregistré un an plus tôt par le duo 'Paradise Express'...mais cela n'est finalement pas étonnant, quand on sait que Jimmerson était l'un des membres de 'Paradise Express', et que c'est lui qui a arrangé "Dance".
En 1980, Martha a publié l'opus "Gotta Keep Moving". Cet album est une bonne surprise, car il est étonnamment disco pour l'époque (on sait que le disco a chuté en 1980). Sur ce lp, deux morceaux ont été écrits et produits par Lamont Dozier, et arrangés par Michael L. Smith : le très bon "Gotta Keep Moving", et "Really Like Your Rap", qui n'est pas rap mais disco lui aussi. Quant aux chœurs, ils sont assurés sur la plupart des titres par Clydene Jackson, Julia Waters et Maxine Waters.

http://www.mediafire.com/file/2abznhjphmcebub/04-gotta_keep_moving.mp3

Gimme Just Another Try - Betty Wright (1983)



A l'image de beaucoup d'autres chanteuses afro-américaines, Betty Wright se lance dans la soul music. Elle obtient en 1971 un succès avec son titre "Clean Up Woman". En 1976, elle n'échappe pas au disco et nous offre le titre "Open The Door To Your Heart". L'année suivante, elle participe aux choeurs sur certains titres de Peter Brown. Pour 1979, elle enregistre un lp contenant quelques titres disco. La pochette de cet album la présente vêtue d'une tenue extravagante, mais c'est à la mode en cette fin des 70's : souvenez-vous d'Amii Stewart ou du groupe 'Stargard'.
Au début des 80's, Betty continue sur sa lancée avec des albums qui se tournent vers le disco-funk. Elle sort en 1983 l'opus "Wright Back At You" co-écrit, co-arrangé et produit en majeure partie par Marlon Jackson. Betty s'investit aussi sur cet album en co-écrivant certains morceaux et en étant créditée en tant que productrice associée. Mentionnons également la présence de John Barnes qui co-écrit et co-arrange.
Ce "Gimme Just Another Try", qui clôt le lp, est une bonne surprise : c'est un titre inclassable, sombre, disco-funk tout en étant slow, avec une touche d'électronique. Il est écrit par Betty Wright/John Barnes/Marlon Jackson.

Quick, Fast, In A Hurry - New York City (1973)



'New York City' est un nom assez passe-partout pour une formation musicale. En 1973, le groupe publie son premier lp, "I'm Doin' Fine Now". Le titre éponyme est diffusé en single dans plusieurs pays. Un autre morceau de l'album est extrait en single, il s'agit de ce "Quick, Fast, In A Hurry" que l'on peut qualifier de pré-disco, même s'il est très ancré dans la soul music.
"Quick, Fast, In A Hurry" est co-écrit, arrangé et produit par Thom Bell. 


Bad Mouthin' (12") - Motown Sounds (1978)



Depuis sa création en 1959 par Berry Gordy, la maison de disques américaine 'Motown' n'a cessé de croître. Il faut dire qu'elle a accueilli nombre d'artistes prestigieux, interprètes mais aussi auteurs et compositeurs. Parmi eux, citons notamment 'The Jackson Five', Diana Ross And 'The Supremes', Martha Reeves And 'The Vandellas', 'The Four Tops', Holland-Dozier-Holland, ou encore Ashford And Simpson. La 'Motown' est parvenue, avec ses artistes noirs et sa musique axée sur la soul, à toucher un large public, bien au-delà de la communauté afro-américaine. En 1971, la maison de disques déménage à Los Angeles, bien loin de Detroit, la ville qui l'avait vue naître. Naturellement, son catalogue suit le courant disco qui émerge au milieu des 70's. 
En 1978, Michael L. Smith, qui travaille pour la 'Motown', écrit, arrange et produit 6 titres pour le projet disco 'Motown Sounds'. Le lp qui sort se nomme "Space Dance". Mais force est de constater, malgré le nom de l'album et sa pochette qui montre un vaisseau spatial, que les morceaux n'ont rien de spatial ni d'électronique. L'électronique, ce n'est absolument pas la spécialité de la 'Motown'. Non, en fait, les titres du lp "Space Dance" sont tout ce qu'il y a de plus classique : du disco orchestral. Smith s'investit aussi dans la réalisation de l'album puisqu'il participe aux claviers et aux choeurs. A la basse, on retrouve entre autres Jermaine Jackson, le frère du célèbre Michael.
L'opus est diffusé dans plusieurs pays : aux USA bien évidemment, mais aussi au Canada, en France ou encore en Italie.

lundi 1 mai 2017

Everything Is Love - Transamerica (1977)



Voici un excellent single up-tempo à l'orchestration riche. La pochette est classieuse et sexy... Bref, c'est un sans-faute ! Diffusé en France par le label 'Disques Ibach'.  

Dance All Night (12") - MTL Express (1978)



'MTL Express' pour 'Montreal Express', est un projet studio produit par les canadiens George Cucuzzella et Joe LaGreca. Le LP contient 3 titres disco up-tempo, tous écrits par Bucella/Pircio/Dirado/Maiorano/Cortese. Quant à la pochette, c'est le summum de la bizarrerie, mais le disco nous a habitués à de telles pochettes. Le disque s'exporte dans plusieurs pays, et en France, c'est le label 'Ibach' qui le diffuse, avec une pochette différente, présentant une femme nue à la plage. D'ailleurs, dans l'émission TV "Temps Présent" disponible ci-dessous, on peut voir Humbert Ibach nous présenter l'album de 'MTL Express' en commentant : "il marche très bien dans les clubs".
Le titre "Dance All Night" est extrait en single.


Love Attack - Lovequake (1977)



En 1976, le projet 'Lovequake' publie le single disco "Lovequake" qui contient en face B un autre bon titre, "Running Outta World". Le disque est diffusé dans plusieurs pays, dont la France par le biais du label 'Disques Ibach'. 1977 voit la sortie d'un album baptisé sobrement "Lovequake". Là encore, ce sont les 'Disques Ibach' qui diffusent le LP en France, avec une pochette à la limite du porno. Il est précisé sur le disque que l'enregistrement des titres a été effectué aux USA. Le morceau "Love Attack" est une réussite, il est signé tout comme "Lovequake" par D. McGilbery.

Touchez Pas - Jumping Beans (1976)



"Touchez Pas" des 'Jumping Beans' ('haricots sautant' en français) : rien qu'à la lecture du titre, on imagine à quoi on va avoir droit...mais en fait il n'en est rien : pas de gémissements érotiques comme il est courant d'en entendre dans les productions disco de 1976. "Touchez Pas" est un disco-pop à la musique assez stupide, sûrement fait pour les adolescents qui se masturbent 10 fois par jour, ou pour les pré-adolescents afin de les amener à connaître leur première éjaculation...à moins que ce ne soit une chanson destinée à redonner un semblant d'érection aux vieux pervers ?  
Venons-en au morceau en question : on suit les aventures érotiques d'une jeune femme importunée par les avances d'un homme qui tente de la tripoter. Elle essaye de le repousser, mais on sent dans sa voix que ce n'est qu'un rejet de façade. L'homme lui répond d'une voix ridicule "ouh si", que l'on peut facilement confondre avec "pussy"...
Le single est produit par C. Pascal et M. Renard. Il sort dans plusieurs pays, et pour chaque pays, la pochette diffère, mais l'on retrouve sur chaque pochette une image à connotation sexuelle. En France, le disque est diffusé sur le label 'Disques Ibach'. 

Qui Est-Il ? - Carène Cheryl (1976)



Fin 1975, Humbert Ibach doit être content : il a réussi son pari de faire de Carène la nouvelle idole des jeunes. Il s'éloigne alors de Carrere et fonde son propre label, baptisé 'Disques Ibach'. Ainsi, il a les mains totalement libres.
1976 voit la sortie du second opus de Carène Cheryl, baptisé "Ne Raccroche Pas, Je T'aime". Globalement, rien ne change vraiment par rapport au premier album. Les arrangements sont toujours réalisés par Jean Claudric. A l'écriture, Claude Morgan et Vline Buggy, qui avaient beaucoup apporté au premier LP, ne sont ici présents que pour le titre "Samedi, Dimanche Et Fêtes". Les autres morceaux sont écrits par de nouveaux collaborateurs : J. Schmitt (qui travaille aussi pour Sheila), Alec R. Costandinos, C. Rinieri ou encore D. Vangarde. Bien entendu, Ibach est crédité sur la quasi-totalité des morceaux à la co-écriture, et on peut se demander pourquoi : participe-t-il vraiment à l'élaboration des chansons, ou bien s'ajoute-t-il dans les crédits uniquement dans le but de toucher un pourcentage sur les droits d'auteur ?
Quoi qu'il en soit, le nouvel album de Carène est désormais produit par les 'Disques Ibach' et distribué par le label 'Discodis'. Il s'exporte jusqu'au Canada, diffusé dans ce pays par 'Able Records'. 
Si l'on se penche sur la tracklist du LP, on découvre plusieurs reprises. Sur ce point, Carène copie Sheila, qui adapte elle aussi beaucoup de succès étrangers en français. "Ne Raccroche Pas, Je T'aime", qui donne son nom à l'album, est la reprise du "I'll Go Where Your Music Takes Me" de 'Jimmy James And The Vagabonds'. Mais il y a aussi "Oh Mamma Mia" qui est l'adaptation française de "Mamma Mia" du groupe 'ABBA', et "Love Me Like A Stranger", interprété à la même époque par 'Touch Of Love'. Deux titres sont extraits de l'album et diffusés en singles, il s'agit de "Ne Raccroche Pas, Je T'aime" et "Samedi, Dimanche Et Fêtes". Bien sûr, Carène les interprète sur les plateaux TV et le public est de nouveau au rendez-vous. Dommage que ce très disco "Qui Est-Il ?" n'ait pas eu droit à un pressage en single, car c'est un bon morceau.


http://www.mediafire.com/file/awaw16rnurfrysc/Carene_Cheryl_Qui_est-il.mp3

Bergère En Blue-Jean - Carène Cheryl (1975)



Le disco français de 1975 est orchestral, et il se confond souvent avec la chanson populaire. Prenez Sheila, Claude François...et une nouvelle venue en cette année 1975 : Carène Cheryl. Elle a tout juste 20 ans et sort son premier album. De son vrai nom Isabelle Morizet, elle a grandi à la campagne, au sein d'une exploitation agricole. Elle a appris à jouer de la batterie et a même gagné le 1er prix au Conservatoire Kenny-Clark. Mentionnons également que son oncle est batteur de jazz, et qu'il a joué avec des grands noms de la musique. 
Tout commence lorsqu'un jour, la jeune Isabelle s'enregistre en train de chanter. La cassette audio tombe entre les mains de son oncle musicien, qui ne tarde pas à lui faire enregistrer une maquette. L'enregistrement atterrit dans les bureaux de différents producteurs, et quelques temps plus tard, Isabelle reçoit enfin une réponse : elle est invitée à rencontrer Humbert Ibach à Paris. Ibach est, rappelons-le, l'attaché de presse de l'immense star française Sheila. Il pense à l'avenir et souhaite lancer une jeune chanteuse qui pourra reprendre le flambeau, lorsque Sheila entamera son déclin. L'enregistrement d'Isabelle l'a interpellé, car sa voix se rapproche beaucoup de celle de Sheila : il lui propose donc de signer un contrat. Isabelle se lance dans l'aventure et Ibach lui fait enregistrer 10 chansons pour un premier album. Plusieurs grands noms de la musique se retrouvent autour de ce projet : Claude Morgan, Vline Buggy, Paul et Lana Sebastian, Michaele... Ils participent tous à l'écriture des morceaux, sans oublier Ibach lui-même, qui apporte son soutien sur la quasi-totalité des titres. Jean Claudric s'occupe des arrangements. Le résultat est un album totalement en phase avec ce qui se fait à l'époque au sein de la chanson populaire française. La ressemblance avec les chansons de Sheila est même troublante. On donne à Isabelle le pseudonyme de Carène Cheryl. Son disque est produit par Ibach, mais distribué par Carrere, qui est le producteur de Sheila. Le succès est au rendez-vous pour la jeune Carène. Trois titres phares du LP sont diffusés en singles : "Aimée Ou Amoureuse", "Ma Vie N'appartient Qu'à Toi" et "Garde-Moi Avec Toi". Ces trois morceaux annoncent le son du disco. Carène les interprète sur les plateaux TV.
Gravé sur l'album mais aussi en face B du single "Ma Vie N'appartient Qu'à Toi", voici le titre "Bergère En Blue-Jean", qui est lui aussi pré-disco.



Do What You Wanna Do - Hush Brothers (1975)



Produit par Humbert Ibach mais diffusé par Carrere, le single "Do What You Wanna Do" des 'Hush Brothers' fait le lien entre le disco et la pop du milieu des 70's. A l'écriture du titre sont crédités T. Kurly/Y. Kurley/Bakerson/Ibach.

Ciao Ciao - Vita Romana (1976)



Les chansons romantiques italiennes sont très à la mode au milieu des années 1970, et elles déferlent en France notamment par le biais du talentueux musicien Toto Cutugno.
En 1976 l'heure est au disco, mais les ballades romantiques n'ont pas pour autant disparu. Certains ont l'idée de combiner ces deux genres, qui peuvent paraître à première vue totalement opposés. Et pourtant, de nombreux titres disco aux mélodies et paroles romantiques/mélancoliques vont voir le jour. On en a l'exemple avec ce single "Ciao Ciao" écrit par A. Papiri/Y. Mastroiani, et diffusé sur le label 'Disques Ibach'.   

Lady Samba (vocal version + instrumental version) - Peter Sylvera (1979)



Le marché du disco est toujours rentable en 1979, et Humbert Ibach l'a bien compris, puisqu'il diffuse cette année-là encore sur son label 'Ibach' plusieurs albums et singles disco. Le single "Lady Samba" fait partie de ceux-là. C'est un titre sympathique, mais les paroles ne vont vraiment pas chercher loin. On en vient presque à préférer la version instrumentale gravée en face B... G. Kalfan est crédité en tant que co-auteur et arrangeur.