Charlie's Angels, la série culte des années disco






Ivan Goff et Ben Roberts ont la génialissime idée de créer cette série qui va être diffusée à partir de 1976 aux USA, et à partir de 1978 en France sous le nom de "Drôles De Dames".
Le synopsis est simple en soi : sorties de l'école de police, trois superbes jeunes femmes sont affectées à des tâches ennuyeuses. Mais un homme, le mystérieux Charles Townsend, les engage pour son agence de détectives privés. Dès lors, les missions les plus variées vont les attendre, elles vont sans cesse devoir s'infiltrer dans les milieux les plus divers en se faisant passer pour ce qu'elles ne sont pas.  
Les trois actrices choisies pour tenir ces rôles de tête sont Jaclyn Smith, Kate Jackson et Farrah Fawcett. Elles seront respectivement, dans la série : Kelly Garrett, la fille sentientale, Sabrina Duncan, l'intellectuelle dynamique et la moins dévêtue du trio, et Jill Munroe, la femme fatale, sportive, mais aussi parfois la "bébête" de service (c'est une blonde...). Sans oublier John Bosley, joué par l'excellent mais regretté David Doyle, qui est l'intermédiaire entre Charlie (que l'on ne voit jamais) et ses dames. Doyle jouera de la première saison jusqu'à la dernière.
Un premier épisode pilote, "Quand le vin est tiré", est d'abord diffusé ; ses bons scores d'audience encouragent l'équipe à lancer la première saison (22 épisodes). A la production, on retrouve Aaron Spelling et Leonard Goldberg, deux grands noms du milieu. Spelling est effectivement le producteur de nombreuses séries à succès dans les années 1970 ; qui ne se souvient pas de "Starsky et Hutch", de "La Croisière S'amuse", ou encore de "L'île Fantastique" ?
Composé par Jack Elliott et Allyn Ferguson, le thème musical a quant à lui le vent en poupe : il s'intègre dans la mouvance disco du moment, et sera au fil des saisons légèrement réorchestré pour coller au mieux à l'évolution du disco dont le son deviendra plus "dance".
La saison 1 comporte l'épisode culte de la série, "Une prison pour ces dames", épisode dans lequel les trois détectives se font envoyer en prison pour retrouver une femme disparue. Elles y découvrent un réseau de prostitution, puis parviennent à s'échapper : s'en suit une course folle dans les marais qui se terminera au volant d'une vieille camionette, dans un mémorable lancer de pommes de terres.



En fait, la saison 1 est axée plus qu'il n'y paraît sur le sexe : c'est le fil conducteur de plusieurs autres épisodes comme "Tueur de dames", "L'antiquaire", "Une sale affaire", ou encore "Corruption". En cela, la série rejoint parfaitement la "révolution sexuelle" qui s'épanouit principalement à travers la musique disco du moment. A noter toutefois que l'on ne voit jamais de scènes de nu ni de scènes au lit : tout l'art du feuilleton est là, faire des allusions au sexe (par exemple, Farrah ne porte jamais de soutien-gorge et ça se remarque), sans ne jamais tomber dans le vulgaire et le trop facile. Et même quand l'une des trois filles tombe amoureuse et doit faire un choix crucial entre l'amant ou le travail, elle renonce à la vie de couple par amour pour la liberté, pour son travail et pour l'amitié profonde qui l'unit à ses collègues.
Une autre facette de la série, c'est ce côté fantaisiste qui apparaît dans bon nombre d'épisodes, comme dans "Corruption" lorsque le propriétaire du salon de massages, un homme complètement loufoque, vient rendre visite à Jill et à Bosley.
Le franc succès de la série s'explique également par la présence de ces trois jeunes femmes aux avantages physiques indéniables, qui apparaissent régulièrement en maillots en bain, et qui tiennent un rôle qui jusque là n'était réservé qu'aux hommes. Leur force et leur courage, qui dans de telles séries sont en principe l'apanage de mâles virils, ne les rendent pas pour autant masculines : au contraire, leur côté sportif sublime encore davantage leur ultra-féminité. Les costumes - tant les tenues de sport, de ville, que les robes de soirée - y sont également pour beaucoup. Notons également leur brin d'humour toujours présent dans chaque épisode, mais un vrai humour, comme on savait le faire dans les années 1970, pas l'humour salasse d'aujourd'hui qui est plus dans le "m'as tu-vu" et ne fait rire personne.
Au succès TV s'ajoutent des produits dérivés qui ne font que renforcer l'impact de la série. Ainsi voit-on fleurir sur le marché de petites poupées à l'effigie de nos trois héroïnes. Ou encore, ce poster de Farrah en maillot de bain, qui se vend à des millions d'exemplaires.
Tout semble leur réussir. Et pourtant, le choc : Farrah veut mettre un terme à son contrat. Elle gagne le procès : on ne la reverra donc pas dans la deuxième saison.
Attardons-nous un peu sur les raisons qui ont poussé Farrah à rompre son contrat, alors qu'elle accédait pourtant au rang de vedette internationale grâce à "Charlie's Angels".
D'abord, le harcèlement de certains fans masculins. Elle confie dans le Ciné Revue n°52 du 29 décembre 1977 : "Je n'ai jamais souhaité devenir un sex-symbole et malheureusement je le suis devenue. Ce sont les gens qui ont fait de moi un sex-symbole." Ou encore, dans le Télé 7 Jours du 14 janvier 1978 : "Je ne sais pas pourquoi tout ce remue-ménage. Je ne le comprends pas. Je ne suis pas belle. Je me regarde dans la glace et je vois une fille avec une bouche trop grande, des grandes dents. Je suis plate. Pour moi une beauté c'est Ava Gardner, Rita Hayworth, Ingrid Bergman, Marilyn Monroe ou Elizabeth Taylor. Même à l'écran je ne me trouve rien d'extraordinaire...".
Mais les raisons ne s'arrêtent pas là. La diffusion sur les écrans TV de "Charlie's Angels" a provoqué de virulentes réactions de la part des associations féministes, qui reprochent à la série l'image stéréotypée qu'elle véhicule. Ecoutons Farrah qui déclare dans le Paris Match du 17 février 1978 : "Les producteurs me demandent trop souvent de paraître en bikini, ou simplement vêtue d'une serviette de bain, pour boucher les temps morts des histoires policières dont je suis l'héroïne...". Elle continue dans The Star du 18 avril 1978 : "Avec Charlie's Angels, la façon de travailler était juste trop dure. J'ai tourné vingt-deux épisodes sans que le personnage existe. On n'avait pas le temps de le développer. Le système ne le permet pas. Ne croyez pas un seul instant que je snobe la télé, parce qu'il peut en sortir des choses merveilleuses. Je n'abandonne pas l'idée d'y revenir. Peut-être même qu'à cause de ce que j'ai fait et dit, on commencera à écrire de meilleurs rôles. J'ai voulu quitter ce feuilleton parce que je désirais autre chose et voulais me prouver quelque chose à moi-même... J'ai commencé à me rebeller contre Charlie's Angels parce que je suis une professionnelle. Ce n'était plus intéressant de le faire et j'ai commencé à me demander pourquoi je le faisais...".
Certes, on peut lui pardonner d'avoir quitté "Charlie's Angels", mais il n'en reste pas moins que les producteurs de la série se retrouvent avec un gros problème sur les bras : quelle actrice aura assez de charisme pour remplacer l'irremplaçable Farrah Fawcett ? Le public va t-il valider ce changement ?
Cheryl Ladd est dans la ligne de mire des producteurs, mais elle refuse la proposition qu'on lui fait au printemps 1977. Elle réclame des ajustements concernant son personnage. Sa requête est finalement exaucée, et la voilà donc prête à tourner la saison 2. Elle s'appellera Kris Munroe et jouera le rôle de la soeur de Jill, avec le charisme en moins.
L'audience demeure stable durant la saison 2 (1977/1978).
Aucun changement pour la saison 3, mais au contraire des apparitions : celles de Farrah Fawcett, qui reprend son personnage le temps de 3 épisodes.
Au printemps 1979, nouveau coup de théâtre: cette fois-ci, c'est Kate Jackson qui frappe du poing sur la table. Elle quitte le bateau, laissant Jaclyn Smith et Cheryl Ladd ramer seules.
Pour la saison 4 (1979/1980), c'est en la voyant poser pour le parfum "Charlie" que l'on a l'idée de choisir Shelley Hack, mannequin de renommée mondiale, pour remplacer Kate Jackson. Aucune ressemblance physique entre les deux, mais les producteurs veulent redorer le blason du feuilleton en y faisant jouer un mannequin et en accentuant encore davantage le côté chic de la série. Pari perdu puisque l'audience s'écroule malgré trois nouvelles apparitions de Farrah Fawcett. "Charlie's Angels" tombe pour la première fois du Top 10 au Top 20 des séries les plus regardées en Amérique. On remercie Shelley Hack.
Tanya Roberts, une totale inconnue cette fois-ci, remplace Shelley pour la saison 5 (1980/1981). Avec elle, on renoue un peu avec la "Farrah" de la saison 1, sexy et hypnotisante. Mais rien n'y fait. Ni l'épisode de 2h qui ouvre la saison, ni les quelques autres que la production décide de tourner à Hawaï afin de mettre en valeur les atouts physiques des trois détectives ne parviennent à redresser la barre.
Début 1981, la série s'arrête une première fois. En juin de la même année, dans une ultime tentative pour la sauver, elle reprend le temps de 4 épisodes. Mais c'est peine perdue, "Charlie's Angels" est définitivement annulé quelques jours plus tard...



Quelques photos

FARRAH FAWCETT
















KATE JACKSON




















JACLYN SMITH














SAISON 1 (1976/1977)



















































SAISONS 2 ET 3 (1977/1978/1979)






























SAISON 4 (1979/1980)
















































SAISON 5 (1980/1981)










































Voici des objets de ma collection personnelle

PARIS MATCH DU 17 FEVRIER 1978









Ci-dessous une double page du même Paris Match sur Cerrone :






 
FARRAH FAWCETT MAJORS, LIVRE DE 112 PAGES ECRIT PAR PASCAL FRANCOIS. 1978. NOMBREUSES PHOTOS RARES. 

8 chapitres : "Une étoile est née", "Farrah Fawcett Majors à Cannes", "Le couple le plus célèbre d'Hollywood", "Farrah Fawcett Majors superstar", "Farrah Fawcett Majors par elle-même", "Farrah Fawcett Majors et la presse", "Farrah Fawcett Majors à la télévision", "Farrah Fawcett Majors et le cinéma".  
Il est intéressant de noter que ce livre a été écrit au moment où Farrah avait arrêté de tourner dans "Charlie's Angels" et entamait une carrière au cinéma (mais en France, c'était à peine l'époque de la diffusion de la première saison de "Charlie's Angels"). L'auteur de l'ouvrage était confiant dans le fait que le succès de Farrah sur grand écran allait se confirmer. Il précisait néanmoins que ce changement de carrière allait être crucial : soit l'actrice s'établirait solidement pour durer, soit elle ne resterait qu'une étoile filante dans le paysage audiovisuel, et toute ce magnétisme qu'elle avait exercé sur les foules durant des mois retomberait aussi vite qu'il était apparu.










Ci-dessous : le 7 février 1978, Farrah célèbre, dans une discothèque chic de New-York, le "Studio 54", le lancement de la série de produits de beauté Fabergé qui porteront son nom.




Ci-dessous : affiche promotionnelle pour le film "Somebody Killed Her Husband".







POSTER FARRAH FAWCETT (48x68cm hors cadre), IMPORT USA








COFFRET DVD CHARLIE'S ANGELS SAISON 1












COFFRET DVD CHARLIE'S ANGELS SAISON 2










COFFRET DVD CHARLIE'S ANGELS SAISON 3























6 commentaires:

  1. Superbe rétrospective , Julian! C'est vrai que c'est vraiment LA série des années disco. Et que de souvenirs avec cette série... ce que j'aime particulièrement c'est qu'elles étaient toujours charmantes et jamais vulgaires, en toutes circontances ( ce qui ne fut pas le cas, hélas, des 2 films-remakes avec cameron diaz, qui ressemblaient plus à une parodie avec des "james bond girls ") . A mon avis , la saison 1 est la plus réussie, du fait du charme magnétique de la belle Farrah. Cheryl ladd est certes plus "appetissante " que F.Fawcett( plus naturelle et avec plus de formes ) mais elle est aussi beaucoup moins charismatique.... j'ai beaucoup aimé jusqu'a la saison 4 ( des episodes mémorable avec la maison hantée ou celui avec les filles perdues sur une ile déserte...) Mais le couperet est tombé pour Shelley Hack jugée "trop maigre " et " trop éffacée " par la production et surtout rendue ( exagérément ) responsable de l'effondrement de l'audience. Il faut aussi savoir qu'à cette période si l'ambiance de camaraderie étaient mise en avant dans la serie , en coulisses c'était une autre histoire : cheryl ladd et shelley hack se détestaient cordialement ( info relayée par S.Hack elle -meme )et s'envoyaient des noms d'oiseaux à la figure sous le nez des techniciens ahuris..! Avec la saison 5 , on entre de plein pied dans les années 80 et je trouve que le charme n'opère plus vraiment malgré la présence de la trés sexy Tanya Roberts. il y a cependant encore quelques épisodes marquants comme celui inspiré par le film " pulsions" (' dressed to kill' 1980)de Brian de Palma , dans lequel un tueur transexuel assassine des femmes la nuit. Mais globalement, les scénarios commencent à sentir le réchauffé : Jaclyn smith à nouveau blessée par balle à la tete , episode "best of " de souvenirs , memes acteurs secondaires recyclés dans des roles différents.... Finalement , la serie s'est arreté à temps et n'a heuresement pas sombré dans la nullité comme d'autres productions de l'époque . Nous avons eu le meilleur des droles de dames!

    RépondreSupprimer
  2. ps : je viens de decouvrir qu'il existe un nouveau remake 2011 de la serie . tu connais?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. merci pour toutes ces précisions croustillantes Alex !
      Quant au remake, ne m'en parle pas, il me donne de l'urticaire... d'ailleurs il a été annulé après la diffusion des premiers épisodes. On a l'impression d'assister à la saison 35 des DDD (je pense que si la série avait continué jusqu'à nos jours, elle aurait donné ça...déjà comme tu dis, de la saison 3 à la 5 il y a eu une belle dégringolade...alors à la 35e n'en parlons pas lol)

      Supprimer
  3. merci pour l'info julian ! inutile alors que j'essaie de regarder. A vrai dire je me doutais un peu de la nullité de la chose... j'attendais juste d'en avoir confirmation!

    RépondreSupprimer
  4. incroyable !!! venez nous rejoindre sur le forum français officiel =

    http://charliesangelsfrance.superforum.fr/

    RépondreSupprimer